Articles

Transformer la Graisse Blanche en Bonne Graisse

TRANSCRIPTION

Intervieweur: Transformer la graisse blanche indésirable en bonne graisse. Nous parlerons de cette recherche ensuite sur La portée.

Annonceur: Examiner les dernières recherches et vous parler des dernières percées. Le Spectacle de la Science et de la recherche est sur La portée.

Intervieweur: Je parle avec le Dr Claudio Villanueva. Il est professeur adjoint au département de biochimie et chercheur au Center for Diabetes and Metabolism de l’Université de l’Utah. Il vient de recevoir une subvention des National Institutes of Health pour étudier la biologie des graisses en vue de développer des approches innovantes du problème de l’obésité. Dr Villanueva, votre travail porte sur les différences entre la graisse blanche et la graisse brune. Je pense que beaucoup de gens ne savent peut-être pas vraiment ce qu’est la graisse brune. Pouvez-vous en parler?

Dr. Villanueva: Bien sûr. Il existe deux types différents de cellules graisseuses connues sous le nom de graisse blanche et brune et la graisse blanche est probablement la plus connue des gens car les cellules graisseuses blanches peuvent stocker beaucoup d’énergie. Lorsque vous consommez des calories en excès, cette énergie supplémentaire va à vos cellules graisseuses blanches et est stockée dans les lipides. Et au fil du temps, ces cellules graisseuses blanches augmentent en taille et elles augmentent également en nombre. Ce sont ceux que vous signaleriez en quelque sorte lorsque vous regardez quelqu’un qui est obèse ou en surpoids, ils ont beaucoup de graisse blanche. La graisse brune d’autre part, sa fonction est de générer de la chaleur pour utiliser ce lipide et transformer cette énergie chimique en chaleur. Ce processus consomme beaucoup d’énergie.

Intervieweur: Donc la graisse brune, est-ce quelque chose que vous et moi avons normalement?

Docteur Villanueva: Oui, les adultes ont du tissu adipeux brun, certains plus que d’autres. Il y a cette corrélation que les personnes obèses ont moins de tissu adipeux brun et que les personnes maigres ont tendance à en avoir plus. Il y a aussi cette corrélation avec l’obésité et le diabète, où les personnes protégées contre le diabète ont tendance à avoir plus de graisse brune.

Intervieweur: La graisse brune est donc en quelque sorte une bonne graisse.

Dr Villanueva: C’est vrai

Intervieweur: Une partie de votre projet consiste à étudier comment convertir la graisse blanche en graisse brune, n’est-ce pas? Tout d’abord, pourquoi voudriez-vous faire ça?

Dr Villanueva: Si nous pouvons activer des mécanismes qui font passer l’équilibre du stockage de l’énergie à la dépense énergétique, cela pourrait être une cible thérapeutique pour lutter contre l’obésité. Et il y a ces autres types de cellules graisseuses appelées cellules graisseuses beiges. Ils se comportent comme les cellules graisseuses brunes, ils sont thermogéniques, ils consomment beaucoup d’énergie, mais généralement ils apparaissent dans le tissu adipeux blanc ou les cellules graisseuses blanches après une exposition prolongée au froid, donc plusieurs jours d’exposition au froid.

Intervieweur: Si votre objectif est de transformer les cellules graisseuses blanches en cellules graisseuses beiges, j’imagine que vous devez d’abord comprendre ce qui se passe dans la cellule pour que cela se produise. Que savons-nous de cela, avez-vous découvert?

Dr Villanueva: Nous nous sommes intéressés à comprendre comment les différents types de cellules adipeuses sont programmés et nous avons trouvé un facteur auxiliaire qui fonctionne avec un facteur de transcription central qui fabrique toutes les cellules adipeuses. Et ce facteur auxiliaire programme les cellules pour qu’elles deviennent des cellules graisseuses blanches. Et il s’avère que ce facteur auxiliaire, si vous l’inhibez, si vous l’éliminez chez les souris, ou si vous le supprimez chez les souris, je devrais dire, cela se traduit par un passage du stockage d’énergie à l’énergie brûlante et cela se traduit par l’apparition de plus d’adipocytes beiges.

Donc la façon dont nous pensons à cela est que si nous pouvons trouver des moyens d’inhiber cette molécule, elle s’appelle TLA3, nous pourrions être en mesure de déplacer l’équilibre vers la dépense énergétique et d’avoir plus d’adipocytes beiges.

Intervieweur: Alors, où menez-vous cette recherche maintenant?

Docteur Villanueva: Nous essayons de comprendre l’action moléculaire entre ce facteur auxiliaire TLA3 et un autre facteur appelé PRDM16. PRDM16 est important dans la fabrication de cellules graisseuses brunes et nous avons des preuves que TLA3 est capable d’inhiber l’activité de PRDM16. Ces facteurs auxiliaires se parlent dans un sens. En comprenant comment cette diaphonie se produit, nous pourrons peut-être identifier des moyens d’inhiber cette interaction négative entre TLA3 ET PRDM16. Et pour ce faire, nous devons vraiment comprendre comment se produit cette interaction moléculaire.

Nous avons également identifié un nouvel acteur qui pourrait perturber cette interaction dans les cellules et ce facteur s’appelle EI et il est induit par une exposition prolongée au froid chez les rongeurs pendant la période d’apparition de ces adipocytes beiges. Ce que nous pensons être en train de se produire, c’est que AES est activé pour empêcher l’interaction entre ces deux facteurs auxiliaires et permettre l’activation du programme beige.

Intervieweur: Alors qu’avez-vous vu chez les souris jusqu’à présent? Quel genre de manipulations avez-vous fait et lesquelles ont le plus grand impact?

Docteur Villanueva: L’un des impacts que nous avons vus jusqu’à présent est que chez les souris dépourvues de TLA3 et de tissu adipeux, nous voyons des poches de ces adipocytes beiges. Et donc maintenant, ce que nous faisons, c’est étudier la conséquence physiologique de cela. Nous savons que les adipocytes beiges consomment du glucose et des lipides et donc s’ils consomment du glucose, nous pourrions être en mesure de voir des effets sur le métabolisme du glucose, ce qui a des implications pour le diabète. L’une des découvertes que nous avons eues est que ces souris knockout ont des améliorations en glucose lorsque nous les défions avec une exposition prolongée au froid.

Intervieweur: Le but ultime est d’obtenir, j’imagine, la meilleure conversion de la graisse blanche en graisse beige.

Dr Villanueva: En ce qui concerne le développement de thérapies, la façon dont nous y réfléchissons est qu’il est souvent plus facile de fabriquer un médicament capable d’inhiber une voie plutôt que de l’activer. Donc puisque nous savons que TLA3 est capable d’inhiber ce programme beige, l’idée serait d’inhiber les actions de TLA3. Nous commençons à développer des tests pour pouvoir le faire et à rechercher des médicaments pour perturber cette interaction.

Donc je pense qu’il y aura deux façons de le faire efficacement et une façon est de reprogrammer les cellules et l’autre est de stimuler ces cellules. Ils doivent être activés et donc généralement ils sont activés par le froid ou ils peuvent être activés avec des médicaments qui activent le récepteur adrénergique bêta 3. Une façon de le faire est de trouver des thérapies courantes qui reprogrammeraient les cellules et activeraient également ces cellules, alors vous auriez des cellules graisseuses beiges très actives qui métabolisent le glucose et métabolisent les lipides. L’Américain moyen met environ une livre de graisse, soit environ 3500 calories.

Intervieweur: Une livre de graisse par…?

Dr. Villanueva: Par an.

Intervieweur : Par an.

Dr Villanueva: Une livre de graisse ne ressemble pas à beaucoup en un an. Et si vous décomposez ces 3500 calories au fil des jours, c’est environ 10 calories par jour que vous consommez au-delà de ce que vous brûlez. Et donc, si vous pouvez avoir de petits effets sur la dépense énergétique qui consommerait ces calories, vous pourriez être en mesure d’empêcher le gain de poids moyen que la plupart des Américains ont.

Annonceur: Intéressant, informatif, et tout cela au nom d’une meilleure santé. C’est la Portée Radio des Sciences de la Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.